ET VIVE L'ÉTÉ SUBLIME

C'est un récit intime autant qu’imaginaire constitué d’images collectées au  cours de plusieurs années, d’étés et parfois d’étés volés à l’hiver.  

Le titre se fait l’écho d’une phrase d’Albert Cohen dans Belle du Seigneur, « Et vivre était  sublime » car déjà la nostalgie pointe dans ce voyage dans les souvenirs et les lieux heureux.  C’est là que les enfances se mêlent, le soleil caresse les corps et les peaux, l’eau est légère, le  sable se dessine, la lumière des suds éblouit, les cheveux se prennent au vent. Explorations et  émerveillements des petits moments. Là, le temps est suspendu, le temps éternel de l’été  sublime.